L’arctique, victime de la guerre en Ukraine (21 décembre 2023)3 min read

Focus sur une région du monde que l'on croyait à tort à l'abri des secousses géopolitiques : L' Arctique. Comment la guerre en Ukraine, à des kilomètres de là, fragilise-t-elle les relations entre les nations qui bordent cet immense océan ? Quand l'Arctique est-il devenu un tel enjeu géostratégique ?

Avec

  • Camille Escudé, Géographe, chercheuse au Centre d’études des relations internationales (CERI/Sciences Po) et au Groupes d’études géopolitiques (GEG/ PSL)

Pendant longtemps, les nations qui bordent l’océan Arctique ont réglé leurs conflits à l’amiable. Il semble que la guerre en Ukraine soit venue rebattre les cartes. Les conséquences d’une augmentation de la tension en Arctique sont potentiellement importantes, que l’on pense à la régulation de cet espace écologique primordial pour la planète ou à l’exploitation de ses ressources naturelles, et de son potentiel en tant que route maritime…

L’Arctique est un immense océan partiellement recouvert de glace et aux contours flous que se partagent de nombreux pays tels que la Russie, la Norvège, le Danemark, le Canada et les États-Unis, et encore bien d’autres, qui revendiquent d’avoir aussi un lien, même ténu, avec cette région. Cela tend à rendre la notion d’Arctique très fluctuante, jusqu’à en faire un objet géopolitique à part entière, qui se reconfigure avec les divers enjeux économiques qui pèsent sur ce vaste territoire. Ainsi y a-t-il un pôle qui l’emporte sur les autres en termes d’influence ? Peut-on se demander si l’Arctique devrait appartenir à tous ?

La grande époque géostratégique de l’Arctique est la Guerre froide, car c’est la partie du monde où les deux blocs sont les plus proches avec l’Alaska américain et la Sibérie russe. Comment l’Arctique s’est-il militarisé ? Et pourquoi pouvait-on parler de mur de glace, comme on parlait de rideau de fer en Europe ?

La carte du territoire

L’arctique, victime de la guerre en Ukraine
Carte chinoise de la Route de la Soie arctique, centrée sur le Pôle Nord, et présentant deux routes maritimes, l’une vers l’Europe et l’autre vers les EUA. - Administration chinoise de l'Arctique et de l'Antarctique, Hao Xiaoguang

« Cette carte permet de voir l’Arctique d’une façon différente. Elle est centrée sur la Chine et donne l’impression que le pays est particulièrement près de l’Arctique. Or, ce n’est pas le cas, au sens où la Chine a quand même une frontière très longue avec la Russie. Ce qui est certain, c’est que cette carte, qui est, par définition, une création humaine, politique et sociale, veut mettre en avant l’idée que la Chine est en état arctique ou proche état arctique, comme le précise la stratégie chinoise de 2018. Cela montre que l’Arctique est une construction mentale, voire une invention, et que chacun peut revendiquer des frontières communes, et donc de faire partie de cette région et d’avoir son mot à dire. Cette carte est purement politique, car on peut distinguer tous les États grâce aux nuances de couleurs. Il n’y a pas de représentation physique, par exemple de l’Arctique. Elle met en avant les connexions en termes de transports maritimes, puisque c’est la seule information linéaire qui est donnée. On y voit que la Chine est reliée à l’Europe et à l’Asie en passant par l’Arctique. Les routes maritimes chinoises atteignent l’Arctique, ou ont en tout cas le projet de l’atteindre. Cette carte propose une représentation assez rare de l’Arctique sans banquise, ce qui peut se lire comme un souhait de la fonte des glaces, ou comme une idée de sa vocation téléologique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *